Améliorons la qualité de vie au Petit-Saconnex !

En Suisse, la température moyenne a augmenté de près de 2 degrés au cours des dernières 150 années. Les 10 années les plus chaudes ont été enregistrées depuis le début de ce millénaire. Genève n’est pas épargnée par ce phénomène, tout au contraire ! Un rapport d’évaluation du réseau de recherche sur le changement climatique urbain paru en 2018 révèle que Genève se situe en tête des villes les plus touchées en Europe – juste après Louvain-la-Neuve en Belgique. Genève pourrait subir une hausse de température allant jusqu’à +2.5°C pour les années 2030, +4.5°C pour 2050 et +6.9%°C pour 2080 !

Îlots de chaleur urbains 

Le changement climatique aggravera ces prochaines décennies l’effet « îlot de chaleur urbain » (ICU) dans les villes. Ce phénomène bien connu fait qu’on mesure des températures plus élevées dans les zones urbanisées qu’ailleurs et qu’en été les nuits dites tropicales se multiplient. Les plus vulnérables, les enfants et les personnes âgées, ont tout particulièrement souffert des effets ravageurs des canicules des étés 2003 et 2018.

Les îlots de chaleur résultent essentiellement de trois facteurs. Tout d’abord l’asphalte des routes et les toits sombres qui réfléchissent mal les radiations du soleil et emmagasinent davantage la chaleur que des surfaces claires.

Le deuxième élément est la faible évapotranspiration. Les surfaces recouvertes de béton et d’asphalte empêchent l’eau de s’infiltrer dans le sol et d’humecter les racines des arbres. Et plantes.  Or, sans végétation, l’évapotranspiration naturelle est très fortement diminuée : on perd alors un processus essentiel de régulation de la température.

Troisième facteur : la densité des activités et de l’habitat dans les villes concentre souvent les sources d’émission de chaleur produite par l’homme.  La combustion d’énergie (transports motorisés et activités commerciales) en est la principale source.

Agir contre les îlots de chaleur

Combattre les îlots de chaleur peut se faire de deux manières : d’une part en luttant directement contre les causes en diminuant les émissions des facteurs polluants (moins de consommation d’énergie pour le chauffage, moins de transport individuel motorisé par exemple) et d’autre part en atténuant l’impact du réchauffement climatique (toitures et murs végétalisés par exemple).

Sans action pour l’atténuer, l’effet ICU agira comme un amplificateur majeur du réchauffement climatique. Sans de sérieuses mesures, la température risque de devenir insupportable.

Une solution pour les villes suisses !

Pour ne pas rester dans des réflexions purement intellectuelles, l’Association de protection de l’environnement active dans le domaine des transports « Actif-TrafiC » vient de lancer des initiatives Pour le climat urbain dans six villes en Suisse : Bâle, Berne (en 2022), Genève, St-Gall, Winterthur et Zurich. La récolte des signatures à St-Gall et Winterthur est déjà terminée, alors qu’à Genève, Bâle et Zurich la récolte de signatures a débuté le 28 et 29 avril 2021.

Chacune de ces initiatives reprend les mêmes demandes. Il s’agit de transformer durant 10 ans 1% de la surface des routes destinée aux voitures individuelles pour moitié en espaces verts et arborisés. L’autre moitié, elle, sera consacrée à la mobilité piétonne et cycliste ainsi qu’aux transports publics en site propre.

L’initiative Climat urbain genevoise combat les causes du réchauffement climatique et atténue son impact. En effet, elle permet de freiner une de ses principales sources en diminuant le trafic motorisé. Mais elle permet surtout de réduire l’effet des îlots de chaleur en désimperméabilisant les sols pour augmenter les surfaces de végétation. Or, les arbres sont reconnus pour être très efficaces pour diminuer les températures. Plus vite nous planterons de nouveaux arbres, mieux ils pourront nous protéger de la hausse des températures des prochaines décennies !  

Soutien de l’AHPTSG

En tant qu’habitante du Petit-Saconnex, je me réjouis que l’Association des habitant-es du Petit-Saconnex (AHPTSG)- dont je suis membre – se joigne à Actif-TrafiC pour récolter des signatures. Venez-nous rejoindre au marché qui se déroulera dès le 10 mai tous les lundis sur la place du Petit-Saconnex ! A  bientôt !

Andrea von Maltitz, co-secrétaire d’Actif-TrafiC

Vous pouvez aussi nous aider à la récolte de signatures à Genève en commandant des feuilles de récolte sur www.climat-urbain.ch